Un autre modèle de réseau social est possible

La plateforme

Un autre modèle de réseau social est possible. Et on ne va pas attendre Facebook.

La mission de howtank est de développer le lien social en promouvant l’entraide et le partage d’expérience entre individus, par la conversation, autour d’organisations. Pour ce faire, howtank a développé un réseau social sur un modèle unique.

Howtank a développé un réseau social où organisations et utilisateurs échangent et se rencontrent, en ligne et dans la vie réelle, dans des salons de discussion thématiques, le temps d’un chat d’entraide entre pairs ou autour d’un café. Chacun y interagit pour le bien commun et le sien, pour se rendre utile ou (s’)informer.

Il existe pour favoriser :

  •  L’inclusion sociale : permettre à chacun de prendre part à une conversation, de rencontrer des personnes en dehors de son cercle social et de se sentir valorisé dans cette relation.
  • La démocratisation de l’accès à un produit ou à un service : favoriser l’entraide entre pairs autour de produits, services ou usages.
  • La responsabilisation des organisations: créer les conditions pour que les organisations donnent une place active à leurs parties prenantes dans leur développement et qu’elles s’engagent dans la mise en œuvre vis-à-vis d’elles.

En quoi ce réseau social est-il différent ? 

– C’est un modèle inclusif. Il part de sujets concrets et ancrés dans la vie quotidienne des utilisateurs pour engager la conversation. Tout le monde peut prendre part à la conversation car tout le monde est concerné.

Howtank a fait le choix de structurer son réseau social autour d’organisations car elles peuvent être un vecteur d’intégration. En effet, elles fédèrent autour d’elles des individus qui ne se connaissent pas mais qui partagent un point commun : le fait de s’intéresser à elles. Tous les participants se retrouvent donc en premier lieu autour d’une organisation qu’ils suivent. C’est le prétexte pour lancer la discussion et développer d’autres centres d’intérêts communs.

Sur howtank chacun peut partager ce qu’il connaît. Il n’y a pas de sélection, test ou algorithme pour décider qui a le droit à la parole et peut participer. Nous ne sommes pas là pour donner la parole aux experts, mais à tous et à chacun.

– C’est un modèle collaboratif. L’omniprésence de l’entraidejoue un rôle fondamental. Sur le réseau social, elle prend la forme de petits coups de pouce du quotidien dans les salons de discussion ou au travers du chat d’entraide intégré sur l’interface d’une organisation, où tout le monde peut poser sa question à un autre utilisateur.

Aider développe la confiance et l’estime de soi c’est pourquoi elle est au cœur de ce réseau social. Parler de ce que l’on connait et qui nous intéresse procure du plaisir à celui qui participe.

– L’engagement y est bénévole. La réponse aux questions des autres utilisateurs est une démarche volontaire motivée par l’envie d’aider quelqu’un. Tout incentive financier pour les participants est banni sur le réseau social.

– La parole y est libre. Il n’y a pas de modération a priori. Les organisations doivent lâcher prise et accepter que tous les sujets soient abordés. Cela les pousse à une plus grande transparence.

– La relation organisation/utilisateurs s’enrichit sur une base quotidienne. Du fait de la continuité de la relation, l’engagement et la participation aux appels à projets est beaucoup plus fort que lorsqu’une organisation ne consulte que ponctuellement ses utilisateurs.